Mon Panier

Le Chino Costaud

Le Chino Costaud

On veut vous parler d'un pétard de chino qui sera votre meilleur pote pour l'automne et l'hiver prochain. C’est une image hein. On dit pas que vous n’avez pas de pote et qu’un pantalon fera l’affaire.

Le Chino Costaud

La news du jour, c'est que la Chemise Brute n'était pas le dernier lancement avant de partir glander quelques jours au soleil.

Avant ça, on veut vous parler d'un pétard de chino qui sera votre meilleur pote pour l'automne et l'hiver prochain. C’est une image hein. On dit pas que vous n’avez pas de pote et qu’un pantalon fera l’affaire.

Dans les réponses au questionnaire qu'on vous a envoyé il y a plusieurs semaines, force était de constater qu'il y avait 3 trucs qui vous rendaient dingues avec vos chinos et sur lesquels il fallait qu'on bosse.

Reportage.

Reportage sur notre Chino Costaud

Ça tient pas

D’abord, on a un merveilleux taux de 53% de réponses sur l’usure de vos chinos vitesse lumière. 53% d’entre vous d’accord sur un truc, c’est assez rare pour être mentionné.

Et en n°1 de la typologie de l’usure, c'est la couleur qui se délave, trop vite, trop fort.

Très souvent, ça s'explique par une chose simple : les chinos sur le marché sont en majorité “prêt à teindre”.

En gros, ça veut dire que le chino est fabriqué dans un tissu écru, la couleur initiale du coton, puis teint une fois qu'il est monté. Plus rapide, plus simple, moins cher à produire certes. Mais du coup ça tient généralement moins longtemps. Trois-quatre lavages et ciao.

À l'inverse, on peut choisir ce qu’on appelle le “teint en pièce”. Le rouleau de tissu est teint, puis le chino est fabriqué direct avec le tissu déjà teint. C’est plus relou à gérer en prod', mais c’est beaucoup plus balèze sur le long terme.

Vous l'aurez pigé, on a choisi la 2ème option. Et on a trouvé notre bonheur chez NuovaTessilBrenta, un fournisseur italien installé près de Milano, la principessa.

Le tissu est donc teint en pièce, et pour l'avoir lavé et relavé, on peut vous dire que ça tient sa mère, voire même sa grand mère.

L'autre truc cool avec ce tissu, c'est son poids, de 290g au mètre, ce qui est bien balèze et sa finition "peau de pêche" comme on dit dans le jargon. Ça ressemble à ça :

peau de pêche

Non, ça c’est une vraie peau de pêche lol. Ça, c’est notre tissu :

Notre pantalon

Voyez un peu la main, la douceur fruitière de la toile.

Dernier mot sur ce tissu, c'est un 97% coton, 3% élastane. Vous verrez, comme le tissu est assez rigide, on ne sent pas trop l'élastane au premier abord, ça fait pas plastok, mais c'est hyper agréable quand on le porte. Un peu le même esprit que pour notre jean, en moins raide évidemment.

Ca saute

Les coutures qui sautent

Le second problème, c'est les coutures qui sautent. Alors ici aussi, le fait de teindre la toile une fois que le chino est monté donc que les coutures sont faites, c‘est jamais bon, parce que la teinture peut venir agresser les coutures et les fragiliser.

Mais la clé pour ça évidemment, c'est d'avoir un fabricant qui fait bien son boulot. On a décidé de faire confiance à notre fabricant de pantalons de costume qui est en Europe de l'Est. Il en a vu d'autres et fait le taf très sérieusement. Surtout après qu'on lui ai répété 100 fois que 24% d'entre vous nous ont dit que les coutures qui craquent, c’est la première cause de décès parmi vos chinos.

Du coup, on a rajouté une double surpiqure sur les côtés. Comme ça, c’est solide comme le roc et ça ajoute un côté plus brut au bazar.

Ma coupe, ma galère

Et puis évidemment, il y a la question de la coupe. Vous pouvez pas imaginer à quel point ce sujet est tricky, surtout pour les futs.

Tout le monde est foutu différemment et il y a autant de gens qui trouvent leurs chinos généralement trop larges que de gens qui trouvent que c'est trop slim.

Notre but, c'est de faire des coupes modernes, donc plutôt ajustées mais en mettant un peu plus d'aisance au niveau de la cuisse parce que bon, le pire dans un pantalon, c’est qu’il colle aux cuisses.

Mais pour atteindre le bon équilibre, pas de secret, faut taffer, faire essayer, reprendre, ajuster, retaffer, refaire essayer, retaffer, jusqu'a l'épuisement.

Et chez nous, il y a une jeune femme qui s'appelle Louise et qui passe sa vie sur les tableaux de mesure et les essayages. On l'appelle Miss Ruban dans le bureau. Vous pouvez lui faire confiance, elle a fait le max pour que ça vous plaise.

Ma coupe ma galère

Ça aura quelle gueule?

Pour look du chino, on vous a interrogé sur 2 petites choses qui nous tracassait.Pince or not pince ?

Quelle coupe préférez-vous ?

Visiblement pour ça, vous voulez plutôt du standard, sans pince pour le moment. Très bon choix à n’en pas douter, on comprend bien le désir de simplicité. Mais on désespère pas de vous faire changer d'avis un jour ou l’autre, parce qu'avec pinces c’est quand même très beau. On se reverra à ce sujet.

Et pour les boutons, vous vous êtes jetés sur la finition mat, et ça nous va bien !

Les boutons finition mat

Voilà les pépères, il y a plus qu'à attendre quelques jours et on se revoit dimanche pour vous dévoiler l'engin avant la grande finale.

Coeur avec les wad, si vous avez des questions ça se passe en commentaire.

ASPHALTE

PS : Et si vous avez envie d’un pantalon léger ou d’un costume frais, c’est par là.

Chez Asphalte, on fait des fringues qui durent une vie et ne coûtent pas une tonne.

Et surtout, c'est vous qui créez les vêtements.

Inscrivez votre email pour recevoir le premier questionnaire.